Bienvenue dans un monde dans lequel magie et technologies à vapeurs sont reines, nous sommes en 2017, dans un monde alternatif ou l'homme évolua autrement.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Luukas Korhonen, moteur et...action !

 :: Gestion des personnages :: Fiche validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 2
Date d'inscription : 10/10/2017
Mar 10 Oct - 22:31

▬ ft. YohioLOID de Vocaloid

Âge : 17 ans
Occupation : Acteur connu
Nationalité : Finlandais
Situation conjugale : Célibataire/collectionneur de relations de courte durée
Situation familiale : Deux parents et un frère l'ayant renié + une tutrice légale.
Pouvoir(s) ? : Aucun

Korhonen Luukas
Caractère
La beauté est un facteur important dans la célébrité d'une personne.
Luukas l'avait compris depuis longtemps, qui plus est, il savait en user depuis le collège et c'est ainsi qu'à force de travail et d'entretien, il a su s'imposer comme un acteur de renom, qui permet de remplir les salles où passent les films qu'il tourne, même en tant que figurant. Conscient de sa beauté, comme de sa célébrité, il n'hésite pas à en abuser pour séduire et ainsi ajouter toujours plus de conquêtes à son tableau de chasse. Et puis ça fait toujours bien de dire qu'on a vécu une relation avec le célèbre acteur Luukas Korhonen, et même pour lui, ça lui assure des premières pages. Relations courtes, mais efficaces ou tout le monde en sort gagnant en somme.

« Il se doit que je sais comment agir dans toute sorte de situation. »
Et pour ça, il est connu internationalement. Être un acteur nécessite d'avoir un jeu impeccable, et ce bourreau de travail est devenu incontournable ainsi. Sa capacité à observer les expressions faciales, à distinguer les vraies des fausses et son aisance à les reproduire font qu'à l'âge de 17 ans, il est maintenant aux cotés des plus grands acteurs. Ces capacités, il les utilise en permanence car il sait qu'en dehors des tournages, ça l'aide énormément ne serait-ce que pour avoir ce qu'il veut. Que ce soit un objet où une simple personne, l'acteur, dans ses relations sociales, tend à être le réalisateur qui contrôle tout sur ce plateau nommé la vie.

« Il faut dire, personne n'est capable de me résister, devenant ma marionnette en quelques mots. »
En effet, la modestie est un terme inconnu de Luukas, qui est persuadé d'être le centre gravitationnel de ce monde. Sa beauté et son statut y jouent, mais c'est aussi parce qu'en plus d'avoir une excellente maîtrise de ses muscles faciaux, il sait jouer avec les mots suffisamment bien pour conquérir le cœur et l'esprit -puis le corps- d'une personne. Après il lui arrive de faire des jeux de mots pourris mais il faut bien avoir quelques faiblesses n'est ce pas ? Et non il ne s'en rend pas compte puisque personne  n'ose lui dire, de peur de voir ce beau visage tordu par la colère.

« Je tiens juste à ne pas perdre mon temps avec des gens inutiles. J'appellerais pas détestable mais déterminé. »
Bien qu'il reste amical et souriant en permanence, la plupart du temps, cela n'est que pour servir ses intérêts. Ou plus précisément, il est vraiment intéressé par une personne uniquement pour ce qu'elle peut lui apporter, capable de se montrer froid ou détestable si on ne l'intéresse pas assez. Prêt à tout pour assurer la longévité de sa carrière et de sa popularité, il n'hésite pas à nuire à un rival de manière indirecte sans pour autant être terrible. Mais si quelqu'un rentre dans son collimateur, il le sera tout comme il sera capable de s'arranger pour qu'un malencontreux accident arrive, ses influences et son charme peuvent être destructeurs.

« Enfin je ne suis pas un monstre, je peux aimer...peut-être. »
Oui il en est capable, se montrant plus puéril que d'habitude et plus collant envers la personne, mais depuis qu'il est émancipé, ça ne s'est plus jamais produit.
Physique
Que tout le monde soit honnête, Luukas est très beau. Mélange de beauté naturelle et d'entretien rigoureux, le corps est le capital de notre acteur, il se doit donc de le préserver. Une alimentation saine, un peu de sport, bref, une hygiène de vie aussi stricte que saine avec un coup de pouce de l'ADN et vous obtenez ce qu'on peut appeler en toute modestie, un Apollon, un éphèbe, ou plus vulgairement, un beau gosse. Visiblement sculpté dans le marbre, notre jeune homme, du haut de ses dix-sept ans, mesure un fier mètre soixante-dix-neuf sur soixante-six kilos de muscles et de beauté, étalés sur une peau pâle. Pas pâle maladive non, mais d'une blancheur qui rendent jalouses la plupart des filles, car avec une peau aussi lisse que la sienne , il est bien visible qu'aucune imperfection -ni poil- n'a jamais atteint sa splendeur. Comme si cela ne suffisait pas, en plus de sa fine taille et de ses longues jambes, il possède de beaux cheveux blonds, mi-longs, aussi lisses que soyeux, brillant au point d'occulter la lumière du soleil. Il en prend énormément soin et refuse de les couper surtout lorsque ainsi, il peut passer aisément pour la gent opposée. Enfin, la touche finale de son charme sont ses yeux rouges, comme ceux des vampires, mais qui, encadrés de longs et fins cils clairs, et éclairés de la lueur de la malice, de la confiance en soi, vaut à ce jeune homme au physique d'ange d'être aussi...diablement attirant auprès des filles aussi bien qu'auprès des garçons.

En plus, l'acteur aime porter des tenues extravagantes. C'est l'un des deux critères pour qu'il trouve une tenue jolie, l'autre étant que la tenue doive le mettre en valeur. Enfin, encore une fois, soyons honnêtes, il à l'art et la manière de se vêtir, si bien que sur lui, des vêtements premier prix passeraient pour de la marque de haute couture. Ainsi, basé là dessus, inutile de vous préciser sa facilité déconcertante à mettre une jupe sans problème. Du moment que ça lui plaît et qu'il se sent bien dedans, c'est ce qui compte.  Néanmoins, comme tout humain, il a des préférences et au niveau vestimentaire il en a, et d'ailleurs, c'est la tenue avec laquelle il est très facile de le reconnaître. Un T-shirt ample noir surmonté d'une longue veste grise avec des manches retroussées jusqu'aux coudes, aux détails noirs et bandes jaunes, cette dernière a, en bas et dans le dos, un motif rappelant des hauts parleurs. En bas, on trouve une ceinture dorée, un pantalon noir et des chaussures noires avec une plaque dorée au dessus. De plus, concernant les accessoires, ils se composent d'un casque souvent à son cou lorsqu'il n'est pas sur ses oreilles, d'un ras-du-cou en cuir noir et d'une chaîne dorée avec une plaque de la même matière en guise de pendentif, et de multiples bracelets de la même matière que ses colliers. Enfin, Luukas aime se maquiller avec un fard à paupières noir ainsi que peindre ses ongles de la même couleur.

Cette tenue, il aimerait bien la porter plus souvent, mais c'est un acteur et sa célébrité n'étant plus a prouver, il doit souvent mettre des choses plus discrètes. Sauf que...entre nous soit dit, ça ne l'importe pas vraiment si des fans hystériques viennent ''l'accoster'' quitte à mettre un beau bordel dans les rues où il passe, s'il se montre discret, c'est juste sur ordre de sa manager/tutrice légale/tortionnaire, rayez la mention inutile.

Histoire

« Dans un monde de technologie, les artistes sont condamnés à errer dans l'échec. » - Grand frère.

Bien le bonjour à tous. Heureux de voir vos yeux se poser par ici, enfin je suis si connu que c'était inévitable. Ainsi je ne me présenterai pas puisque vous me connaissez déjà, moi, l'étoile montante du cinéma et du théâtre Luukas Korhonen. Enchanté de vous connaître ! Si vous êtes là, c'est pour que je vous raconte mon parcours alors soit. Je vais lever le rideau sur la scène de ma vie, et à la fin de ce spectacle, vous devriez à peu près tout savoir sur mon compte, mais chut, c'est un secret que même les journalistes les plus finauds ignorent sur certains points.

Je suis né dans la ville de Tampere, en Finlande. Je suis le fils d'un père professeur et d'une mère travaillant au gouvernement. Et je n'étais pas tout seul, puisque j'avais un grand frère, ce qui faisait de moi le cadet chouchouté par sa famille. Mais surtout, mes parents avaient quelque chose de bien particulier : ils avaient une haine incommensurable envers les arts et le divertissement. Je n'en connaissais pas les raisons, mais je savais qu'ils refusaient de nous prodiguer tout divertissement artistique, que ce soit le chant, la danse, le dessin et j'en passe. Si c'était du sport ou des études, il n'y avait aucun problème, puisque mes parents s'acharnaient à m'apprendre l'anglais et le français, que je parle couramment désormais, entre autres. Et j'entends déjà votre question : comment ai-je pu viser le sommet si mes géniteurs étaient contre ? Merci de la poser, je vais vous répondre de la façon la plus complète possible.
Mais d'abord, faisons une escale sur la naissance de ma passion pour le chant et le théâtre. Celle-ci ne s'est manifestée qu'au collège avec une popularité qui ne cessait de croître depuis mon premier jour de primaire, où les filles étaient raides dingues de moi. Bien évidemment, cela provoquait des jalousies parmi les garçons, mais c'était sans compter sur mon grand frère. Mais bon, même petit, j'étais agréable à regarder, au point que mes camarades filles s'amusaient parfois à jouer avec moi comme on joue à la poupée, me coiffant et me mettant divers accessoires plus ou moins...niais. Cela m'a marqué puisque j'ai réalisé qu'en fait, je pouvais me faire passer pour une fille sans attirer le moindre soupçon. Enfin, pas en primaire, avec un grand frère qui empêchait le plus possible que des gens me touchent ou me frappent ou...me touche là où il ne faut pas si je puis dire. Ce n'est pas comme si aucun gosse n'avait jamais suivi un inconnu à un moment donné, mais heureusement qu'il était là à ce moment.
Ainsi, pour moi, le collège fut une véritable source de liberté où mon apparence était mon jouet préféré. Tantôt garçon, tantôt fille à la fin des cours après un passage aux vestiaires, autant vous dire que je faisais fureur. Et puis il fallait mentir aussi, et pas qu'un peu, et être crédible surtout. C'est pour ça que dès qu'on a commencé à aborder le théâtre en cours, je me suis très vite identifié aux acteurs jouant des personnages, moi qui pensait que ce n'était qu'un jeu temporaire, priant pour que ma puberté n'arrive jamais, je compris que c'était un jeu que je pouvais mener toute ma vie si je le voulais. Mais ce n'est pas tout. En plus du théâtre, une autre passion est née lors de mes années collège : le chant.
C'était un jour à peu près normal, si on peut appeler normal un jour où les filles que vous collectionnez vous prennent à parti pour savoir qui était la plus belle, la plus intelligente et autres concours débiles visant à gagner mon cœur. Et là, c'était concours de chant, et je peux vous dire que l'une d'elles m'a complètement enchanté. Si d'habitude je faisais semblant, là, je lui ai carrément demandé de m'apprendre, ce qu'elle a bien évidemment accepté, et vous connaissez là suite, je l'ai collée, puis jetée dès qu'elle n'avait plus rien à m'enseigner. D'une certaine manière, je trouve que c'est un assez beau spectacle que les larmes d'une personne dont tu brises le cœur. Néanmoins, celle là aura eu le mérite de porter ma vocation à sa maturité.
Est-ce vraiment utile de vous raconter comment ont réagi des parents méprisant les arts face à un enfant de quatorze ans tout mouillé ayant déclaré vouloir devenir artiste ? La bonne réponse étant qu'ils n'ont pas bien réagi et qu'il sont restés pendant des semaines sur mon dos dans l'espoir de me faire oublier cette ''folle idée'' pour mon père, cette ''phase'' pour ma mère. Évidemment, je suis allé me confier à mon grand frère un week-end, suite à une énième gifle maternelle après m'avoir entendu chanter. On a toujours eu une excellente relation, et même s'il était parfois trop tactile et possessif envers moi, je pensais que c'était quelqu'un de gentil qui me soutiendrait toujours...la suite vous montrera comme j'ai eu tort.

« G...grand frère ? Je peux entrer ? »
« Hein ? Qu'est-ce qui ne va pas Luukas ? J'ai entendu maman crier, tu as encore raté un exercice ?  »
« Non, au contraire, depuis que maman n'arrête pas de me donner des leçons supplémentaires, je n'ai cessé de m'améliorer et j'ai même ramené plusieurs notes parfaites à la suite. Maintenant les fractions et les probabilités, je les connais comme ma poche, et il en va de même pour la géométrie, tu n'as pas à t'inquiéter pour ça. Enfin, je voulais savoir si c'était si mal que ça de vouloir devenir artiste, comme un chanteur ou un acteur. »
« C'est pire que tout Luukas. »
« Hein ? Mais je... »
« Écoute, on est une famille d'élite, et je suis destiné à devenir un membre influent du gouvernement, ce pourquoi j'étudie l'économie aussi dur jusqu'à ce que tu viennes me déranger pour un stupide caprice de gosse ! Et toi, tu dois perpétuer l'enseignement de papa sur la façon de se servir des technologies pour augmenter les profits, alors arrête ta crise d'adolescence et retourne plancher sur ton avenir ! »
« Tu ne sais pas ce que je ressens, c'est vraiment mon rêve, je veux chanter et après jouer ! Pas que pour devenir connu mais parce que j'aime ça jouer un rôle et incarner quelqu'un qui plaît aux gens ! »
« Mais tu n'y arriveras jamais petit frère ! Si on peut utiliser des hologrammes pour représenter des personnes, personne ne s'embêtera à trouver un gars au talent moyen ! Car oui, sur un acteur de connu, t'en a des centaines de milliers qui s'écrasent en cours de route ! Et tu sais ce qui leur arrive ? Ils sont condamnées à devenir de quoi remplir le dernier plan d'une caméra qui ne les regarde même pas, à regarder un projecteur qui ne les illuminera jamais ! Alors je sais que tu ne réussiras pas parce que ce secteur n'apporte rien qui plus est ! Dans un monde de technologie, les artistes sont condamnés à errer dans l'échec ! Ainsi est la dure réalité. »
« Non, je...je... »

Je commençais à avoir du mal à respirer, inspirant d'ailleurs plus fortement que de raison. Les mots de grand frère avaient fait naître une émotion jusqu'alors jamais connue de ma personne à ce jour. En plus de la tristesse qui mouillait mes joues, mes yeux me brûlaient et mes poings se serraient. La colère, la rage de voir que mon propre frère était du coté de mes parents me prenait, et je sais juste qu'à ce moment là, j'ai hurlé si fort que j'ai cru me rompre les cordes vocales, défoulant la négativité accumulée au cours de ces dernières semaines.

« Abruti de grand frère !! Si c'est comme ça je vais te montrer ! À toi et à maman et à papa ! Je vais réussir ! Je vais me tenir au sommet de ce milieu ! Et que vous le vouliez ou non ! Je deviendrai acteur ! Je suis prêt à tout pour ça et si ça signifie vous quitter parce que de toute façon vous ne me soutiendrez jamais parce que vous ne m'aimez pas, alors je le ferai et c'est tout ! C'est mon rêve ! »

Je n'arrivais plus à dire un mot après ça, bien trop emporté par le flot de pensées et d'émotions qui me traversaient. Grand frère m'a alors enfermé dans ma chambre. Et la nuit qui a suivi, j'ai préparé mes affaires, de l'argent, et j'ai quitté la maison sans hésiter plus longtemps. Le goût amer de la trahison me resta longtemps en travers de la gorge et j'en tirai une grande leçon. On n'est jamais trahi que par les siens, ceux qu'on aime, raison pour laquelle j'ai décidé de tout faire pour ne plus aimer que ma passion, mon rêve. Les premiers jours furent difficiles, et puis j'ai réussi à me faire engager dans une petite troupe de théâtre itinérante. Assez vite, j'ai donc commencé à faire des spectacles en traversant les diverses villes, peut-être même tout le pays, dans le seul et unique but d'avoir de quoi vivre, sinon, j'entretenais des relations aimables avec les autres, sans plus, encore marqué par l'abandon de ma famille.
C'est alors que je l'ai rencontré, celle qui allait me donner les ailes dont j'avais besoin. Une femme dans le début de la trentaine qui se disait ''fan'' de moi, et désireuse de me pousser au sommet. Les mots que j'avais dit à mon frère me revinrent en tête et j'ai accepté sans hésiter. Vidéos, photos, enregistrements, rencontres, je voyais qu'elle se démenait, elle et son mari, pour faire décoller ma carrière, au point même de devenir mes tuteurs légaux. En quelques semaines, j'avais décroché un premier rôle à tout juste quinze ans, ce qui était bien plus rapide que ces mois à survivre de petits spectacles. Après ce film, les autres se sont enchaînés, ça marchait bien, très bien...trop bien.
Sur scène, elle était aimable, douce, et me considérait comme son fils. En coulisses, je n'étais qu'un objet lui permettant de s'enrichir, me rappelant constamment que je lui devais mon succès, ma vie, qu'elle était comme une déesse pour moi. Les séances n'ont pas cessé non plus, que ce soit pour entraîner ma voix, mon jeu ou mon corps, à chaque fois, elle jouait avec mon endurance, mes limites pour me forcer à les dépasser, mais n'arrêtant que lorsque je n'étais plus assez productif. C'était loin de la femme qui m'avait proposé cette carrière, mais par sens de la dette et intérêt pur, j'ai continué à endurer tout ça sans me plaindre, me promettant de signer pour une grande agence dès ma majorité. Cependant, ses méthodes étaient loin d'être inefficaces, en six mois, je voyais déjà les effets, étant plus beau que jamais, capable d'être aussi bien une jolie jeune femme qu'un charmant jeune homme, pouvant jouer tous les registres et étant adulé des fans, ce qui plaisait à mon ego, mais au dam de ma tutrice qui estimait que j'y passais trop de temps. Or, c'est notamment par les interactions avec les fans que ma renommée se maintenait. Car si ma popularité mourrait, moi aussi. Un de ses enseignements qu'elle ne cessait de me répéter. Et que je ne tardais pas à lui renvoyer comme bien d'autres choses, bien qu'au fond, elle savait qu'elle avait toujours le contrôle sur moi.
Rien qu'une preuve pour vous contenter, c'est mon arrivée en Suisse. C'était là que se trouvait la résidence principale de ma manager. Au début, c'était juste pour un énième film entre deux publicités, puis j'ai fini par m'installer là et vivre avec elle. Et je peux vous dire que se coltiner une manager tortionnaire à mi-temps tous les jours en allant dans une agence c'est dur, mais si en plus c'est votre tutrice légale, l'épreuve est encore moins supportable, et après on se demande comment je suis devenu l'acteur si connu que je suis actuellement, ne me faites pas rire !

Voilà, vous me connaissez un peu mieux maintenant. J'espère avoir l'occasion de vous signer un autographe et peut être plus encore, qui sait. Après tout, ce n'est pas parce que j'ai un emploi du temps chargé que je ne peux pas négocier une place pour une petite relation d'une semaine. Ma foi, je pense que ça se fera, je ne suis qu'au début de ma carrière après tout mes mignons...

Pseudonyme : Jamais le premier soir ;)
Âge : Plus de vingt ans :D
Commentaire : Blblblbl ~

A votre propos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 249
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 19
Localisation : Avec des arbres
Mer 11 Oct - 8:30
Je valide !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 06/03/2017
Age : 18
Localisation : Grand Clocher de la ville
Sam 21 Oct - 20:44
Je pense que je peux valider

_________________
Des petites mains , font de grandes choses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» MOTEUR FIXE
» moteur de recherche Indien
» dernière mouture du moteur 3D utilisé dans Age Of Conan - Dr
» Besoin d'info sur moteur Bf12m716
» f2 l 514 MOTEUR CASSÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical Steam World :: Gestion des personnages :: Fiche validées-
Sauter vers: